Ivan Santini et Christian Kouakou encore trop justes